Les derniers articles sur mon blog...

Prospérer

Bruno Marion* cherchait à comprendre ce monde turbulent pour trouver comment s'y adapter. C'est en s'entendant parler de « chaos » qu'il a trouvé une piste... car le chaos est un état scientifiquement décrit.

Pourquoi le monde est-il chaotique ?
Parce que nous sommes de plus en plus nombreux (une croissance exponentielle) et de plus en plus connectés (villes, voyages, internet). Ces deux raisons suffiraient à créer le chaos. Deux autres s'ajoutent : la vitesse et l'échelle des changements, de plus en plus grandes.

Qu'est-ce que le chaos ?
Un état dans lequel les écarts à l'équilibre, au lieu de s'estomper avec le temps, s'amplifient de manière exponentielle, parce que les choses vont trop vite ; le système n'a pas le temps de revenir à l'équilibre. C'est ainsi que « plus on est riche, plus on devient riche ». Dans ce contexte, ce qui est fait pour corriger une dérive du système l'amplifie au lieu de la réduire.

Jusqu'où l'amplification ?
Parfois le système s'effondre (Rome au 4ème siècle), parfois il émerge un nouvel équilibre qui est déjà en germe. En regardant autrement le chaos on peut y découvrir un ordre caché, un « attracteur étrange ».

Que faire face au chaos ?
Avoir son propre attracteur étrange, autrement dit son rêve pour l'avenir et mettre en place ses propres routines pour bénéficier de l'auto-amplification. Par exemple « relire » régulièrement son rêve pour l'avenir (s'y voir, entendre, sentir, ressentir)**.
Changer notre regard, qui ne voit que ce que nous voulons voir, pour découvrir ce qu'il y a d'autre à voir. Remarquer que c'est fractal (comme la forme du brocoli).

Coaching Fractale.jpg

La bonne nouvelle avec le chaos c'est qu'à nous tout seuls (effet papillon) nous n'avons jamais eu autant de pouvoir !

Paule Terreaux
www.pauleterreaux.fr


(*) je vous livre ici le résumé de la conférence de Bruno Marion dans le cadre du Club Stratégie et Avenir le 19 avril 2018

(**) Bruno Marion évoque ici ce que je décris dans mon billet de blog « L'image, le son et même l'odeur ! »

L'image, le son et même l'odeur

Qu'il s'agisse d'un coaching ou d'un accompagnement thérapeutique, je propose toujours à la personne de commencer par préciser ce qu'elle souhaite obtenir dans ce travail.

Il ne s'agit pas de détailler ce qui ne lui convient pas, pourquoi, comment, depuis quand... Non, l'idée est de se projeter dans le futur pour décrire comment ce sera pour elle quand elle aura atteint son objectif. Il y aura probablement une phrase pour le dire : une affirmation de ce qu'elle est devenue, de ce qu'elle ressent, de ce qu'elle fait à ce moment là.

J'aide la personne à le découvrir, à le décrire. Il apparaît souvent une image et progressivement la personne perçoit ce qui se passe autour d'elle et en elle. Elle goûte le plaisir de l'objectif atteint comme si elle y était, elle remarque ce que cela lui apporte au delà de ce qu'elle vient chercher.

Paysage lumineux

C'est également très agréable pour moi qui accompagne : j'y suis avec eux, devant cet horizon lumineux, au sommet à admirer les montagnes et parfois dans un lieu précis qui en dit long sur leurs aspirations alors qu'ils disaient justement être perdus, ne plus savoir vers quoi aller.

Quand le terme du voyage est aussi attirant, c'est sûr, la transformation est déjà en route !

Et vous quel progrès aimeriez-vous rêver ?

Paule Terreaux
www.pauleterreaux.fr

Pas sans moi !

Nous nous appliquons souvent à ligoter ou bâillonner une part de nous qui nous dérange. Et nous y arrivons plutôt bien. Nous la maîtrisons la plupart du temps.

Pourtant ce n'est pas si simple, ce que nous cherchons à éviter ressurgit malgré tout, parfois même de plus en plus souvent ou de plus en plus violemment. Et oui, qui accepterait de se laisser enfermer sans se défendre ?

Chapeau oublié sur une balançoire

Certains pensent pourtant avoir vraiment gagné.

Je pense à Jonathan qui se félicitait d'avoir lutté pied à pied contre son côté réservé. Il avait ainsi beaucoup progressé. Toutefois il se débattait depuis peu avec des crises d'angoisse fréquentes.
De son côté Céline était fière d'avoir complètement réorganisé sa vie, mais voilà qu'elle se retrouvait sans énergie depuis quelques mois.

L'un et l'autre me sollicitaient pour les aider dans ce passage délicat. Au cours du travail, ils ont découvert qu'une part d'eux-même était dans l'angoisse d'être complètement écrasée ou abandonnée. Les difficultés qu'ils rencontraient, c'était un peu comme un appel au secours.

A l'heure où nous redécouvrons que chaque espèce a son importance dans le milieu naturel, nous sommes invités a poser le même regard bienveillant sur chaque part de nous-même, à reconnaître qu'elle a son rôle à jouer, en relation avec les autres. C'est l'harmonie entre toutes qui permet le réel épanouissement.

Lorsque j'accompagne des personnes dans ce travail, je suis toujours très touchée de la paix qui en découle.

Et vous, contre quelle tendance luttez-vous ? Oseriez-vous la regarder avec bienveillance ?

Paule Terreaux
www.pauleterreaux.fr